dimanche 31 août 2008

jeudi 21 août 2008

mercredi 20 août 2008

Quand tout...

...me parle de toi !
Ce mini, réalisé il y a quelques temps déjà, j'aurai pu le faire quand mes enfants étaient petits. Mais le scrap n'existait pas et c'est en cotoyant mes petits-enfants que les souvenirs sont revenus à la surface. Alors petit retour en arrière d'au moins 25 ans.... et la plupart des objets sont d'origine.
Bon voyage dans le temps !


Le soir venu, quand, épuisé, tu poses sur tes lèvres douces et chaudes un sourire d'ange pour rejoindre le pays des rêves, je parcours les pièces de la maison que tu as sillonnées dans tous les sens pendant la journée.

Abandonnée sur une chaise, je découvre ta couverture avec les motifs de chats sur laquelle tu aimes faire une petite pause en tournant une mèche de tes cheveux autour de ton index.

Sous le meuble du salon, je retrouve enfin le biberon que j'ai cherché une bonne partie de l'après-midi.

A l'entrée, je redresse tes petites bottes avec lesquelles tu as sauté si joyeusement dans les flaques d'eau du chemin sur lequel nous sommes allés nous promener cet après-midi.

Ta veste est restée sur le banc et je la serre tout contre moi avant de la suspendre au crochet en forme de grenouille fixé au mur.

Sous l'escalier, je remets, un à un, tes jouets dans une caisse que tu t'empresseras de vider demain à ton réveil.

Sous les coussin du canapé est enfoui le nouki que tu as réclamé à grands cris et que, résigné après de longues recherches infructueuses, tu as accepté de remplacer par le même, mais en rouge.

Quand tout me parle de toi le soir et que je passe une dernière fois dans ta chambre pour remonter ton duvet sur ton peit corps tout recroquevillé, je me dis que la vie m'a fait le plus merveilleux des cadeaux lorsqu'elle t'a confié à moi.

dimanche 17 août 2008

Mini "Léandre"

Un mini tout doux pour un bébé câlin...




Les bébés sont des anges...
...venus prendre la main...

...de tous ceux qui ont conservé...

...dans leur coeur...

...les traces du premier sens de la vie.

Ils les emmènent dans des contrées...

...où le soleil se fait caresse...

...tandis que l'eau des rivières...

...murmure à leurs oreilles...

...les mots qui rendent heureux.

vendredi 15 août 2008

Méditation

Un mini-album pour un ami qui apprécie beaucoup ce qu'a écrit son saint patron François d'Assise...



Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.

Là où est la haine, que je mette l'amour.

Là où est l'offense, que je mette le pardon.

Là où est la discorde, que je mette l'union

Là où est l'erreur, que je mette la vérité.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu'à consoler,
à être compris qu'à comprendre,
à être aimé qu'à aimer.
Car c'est en se donnant que l'on reçoit.

mercredi 13 août 2008

Aux tortues

Quelle drôle d'idée me direz-vous de faire une page pareille !
Si vous avez le courage d'aller jusqu'au bout du journaling, vous comprendrez pourquoi je l'ai faite !


Préambule.
L’histoire commence au moment où un charmant couple de Francs-Montagnards en voyage en amoureux à Paris s’apprêtent à acheter un pique-nique dans une boulangerie avant d’assister à une pièce de théâtre comique à deux rues de là.

Acte I
Le téléphone portable de monsieur sonne et celui-ci quitte la boulangerie pour répondre à l’appel. Madame observe un brin inquiète son époux qui semble contrarié et qui s’agite sur le trottoir. Elle finit par le rejoindre pour savoir ce qui a bien pu le mettre dans cet état. Monsieur explique (j’ouvre une parenthèse pour signaler que je vous retranscris les explications paternelles de manière soft, ce qui n’était pas vraiment le cas dans la réalité) que l’appel provenait de leurs filles adolescentes restées « sagement » à la maison qui se trouvaient en fait fort embarrassées.

Acte II
En effet, en début d’après-midi, elles avaient décidé d’aérer leurs tortues et les avaient installées dans leur parc. Le soir venu, au moment de rapatrier le cheptel, elles se sont aperçues que ces dames avaient pris la poudre d’escampette ! Affolées, elles organisent une battue pour retrouver les fugitives. Quelques heures plus tard, elles finissent par en découvrir une que le chien, manifestement, avait prise pour un os. Elle avait une vilaine blessure, les crocs ont traversé la carapace. Par chance, les filles ont une grand-mère à la « Brigitte Bardot Style » qui, sitôt prévenue, accepte d’emmener la malheureuse bestiole à la clinique vétérinaire dès le lendemain matin. Lorsque la nuit tombe, la deuxième fugueuse reste introuvable et le chien est soupçonné de l’avoir enterrée comme un vulgaire os !

Acte III
On imagine aisément le désarroi des parents qui viennent d’apprendre les épopées de leur progéniture. Ils rejoignent le théâtre, madame est un brin contrariée, monsieur, franchement furieux. La soirée semble compromise, mais par chance le théâtre n’est pas une tragédie mais une comédie. Pas comme dans la vraie vie…

Acte IV
Le lendemain matin, des nouvelles fraîches parviennent via la tranquille campagne franc-montagnarde et par chance elles sont meilleures. La tortue blessée a été prise en charge par un vétérinaire qui lui a prodigué les premiers soins et la deuxième a daigné s’extirper de son lit de mousse motivée par les premiers rayons du soleil.

Le Final
Le soir venu, nos deux touristes, finalement très satisfaits par l’ambiance théâtrale décident de retourner voir un autre spectacle. Le théâtre est proche de celui de la veille et c’est ainsi qu’ils passent à nouveau devant la fameuse boulangerie. En levant la tête, quelle ne fut par leur surprise de découvrir que l’établissement avait pour enseigne « Aux tortues » !

Eté...

en toute ressemblance !
De nos 5 enfants, Morgane est celle qui me ressemble le plus physiquement et je n'en suis pas peu fière !